Sur les risques liés à l’autorisation d’OGM

Sollicité par des ONG allemandes hostiles aux OGM, le Tribunal de l’Union européenne a confirmé le 15 décembre dernier la légalité d’une autorisation de mise sur le marché de produits contenant du soja génétiquement modifié accordée en 2012 à la société Monsanto Europe.

Cette autorisation de la Commission portait sur des denrées et ingrédients alimentaires à destination des humains et des animaux et s’appuyait sur l’expertise de l’Autorité de sûreté des aliments assurant que le soja conventionnel était tout aussi sûr que son pendant génétiquement modifié.

Selon le constat de la Commission que les juges communautaires défendent, la composition des deux variétés ne présente pas de différence notable et la mesure d’une toxicité éventuelle et d’un risque allergénique a été évaluée de manière stricte.

Les ONG dénoncent la légèreté de ces évaluations et la mise en danger des jeunes enfants devant le risque allergique.

Je ne saurais trop rappeler à la Commission l’incidence des cultures OGM sur la diversité des espèces, ainsi que la dépendance d’un secteur entier à une ou deux multinationales.

La Commission va-t-elle se résoudre, et si oui, à quelle échéance, à diligenter une étude plus approfondie sur les risques liés à ces OGM ?