Question écrite sur l’implication du nouveau président du Kosovo Hashim Thaçi dans les crimes commis par la guérilla albanaise au Kosovo

Question écrite de Jean-François Jalkh :

Selon Stu Kellock, chef de police de la mission des Nations unies au Kosovo de 2000 à 2001, Hashim Thaçi avait une influence directe sur la collecte des impôts, le trafic de drogue, de femmes, d’armes et la contrebande dans la guérilla albanaise au Kosovo.

Fin 2010, dans un rapport du Conseil de l’Europe rédigé par le parlementaire Dick Marty, il avait été également montré que l’actuel président du Kosovo dirigeait un trafic d’organes prélevés sur quelque 500 Serbes et Roms, faits prisonniers par la guérilla albanaise.

La Commission européenne n’estime-t-elle pas que la lumière doit être faite sur ces crimes avant toute coopération avec les autorités du Kosovo ?