Perturbateurs endocriniens : tous les partis à la rescousse de la Commission européenne !

Communiqué de Sylvie Goddyn, Mireille d’Ornano et Jean-François Jalkh :

Les députés européens ont voté le 8 juin en chœur une résolution exhortant la Commission européenne à publier, enfin, les critères permettant de définir les perturbateurs endocriniens, ces substances qui interfèrent avec notre système hormonal et provoquent de multiples maladies.

Les élus Front national ont voté contre cette résolution qui ne sert à rien pour deux raisons :

• La première raison, c’est que les critères seront publiés la semaine prochaine et que tous les députés le savaient au moment du vote.

• La seconde raison, c’est qu’elle n’oblige en rien la Commission et que cette résolution n’est qu’un alibi pour ceux qui ont refusé d’agir.

En effet, si les députés avaient vraiment voulu mettre la pression, ils auraient soutenu la motion de censure présentée le mois dernier à ce sujet. Mais parmi les élus français, seuls les élus Front national l’ont soutenue. Même Jean-Luc Mélenchon a retiré sa signature à la dernière minute pour ne pas figurer à nos côtés sur un sujet pourtant de santé publique. Un vrai scandale !

Pour cette résolution, le Front national avait déposé un amendement afin que les États membres puissent interdire des substances dangereuses. Les socialistes et les républicains ont voté contre cet amendement, alors que c’est la politique menée en France depuis 2010. Quant aux écologistes, ils ont définitivement choisi leur camp dans l’attente des législatives : celui de marchepied du PS, obéissant servilement aux ordres de ne rien voter venant du front national, fut-ce aux dépends de la santé publique.

Une fois encore, les élus Front national ont mis en évidence la duplicité UMPS.