Perturbateurs endocriniens : la Commission ne prend pas ses responsabilités

Notre communiqué avec Mireille d’Ornano et Sylvie Goddyn :

A l’occasion de la séance plénière du mercredi 25 janvier, Mireille d’Ornano a dénoncé la faute grave commise par la Commission européenne sur ce sujet.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances présentes partout et au quotidien, par exemple dans les emballages ou les produits chimiques. Elles ont des effets néfastes et irréversibles, notamment sur le système hormonal.

Après la publication d’un règlement sur les biocides en 2013, la Commission a été condamnée par la Cour européenne de Justice pour ne pas avoir défini rapidement les critères relatifs aux perturbateurs endocriniens.

Malgré cela, la Commission n’a toujours pas pris de décision. Son inaction devrait être sanctionnée pour non-respect des traités européens et eu égard aux risques auxquels elle expose les citoyens des États européens.

Les députés du Front national ont adopté une position ferme, en s’associant clairement à la motion de censure contre la Commission européenne. Il est regrettable que certains députés, comme Jean-Luc Mélenchon, aient retiré au dernier moment leur soutien à cette motion, faisant échouer celle-ci.