Le Monde et le Nouvel Obs ou de nombreuses informations inexactes

Les journaux Le Monde et le Nouvel Obs se font l’écho d’informations inexactes au sujet du MENL, Parti politique européen que je préside.

Conformément à l’article 10, paragraphe 4, du Traité sur l’Union européenne (TUE) ainsi qu’à l’article 224 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), les partis politiques européens bénéficient d’un financement du Parlement européen.

Ce financement annuel, sous la forme d’une subvention de fonctionnement, dépend du nombre des députés européens affiliés à un parti politique au niveau européen.

Il est nécessaire de souligner que les dispositions sur le financement des partis politiques s’appliquent, sur une même base, à toutes les forces politiques représentées au Parlement européen.

En 2015, le Mouvement pour une Europe des Nations et des Libertés, avec ses 24 députés au Parlement européen a bénéficié une subvention de 1.211.039,00 EUR. Uniquement 40% de cette somme, soit 521.588,20 EUR, ont été utilisés par le MENL, dont le Front National (FN) et Mme Le Pen sont membres.

À titre de comparaison, le parti politique au niveau européen dont est membre le parti Les Républicains, le PPE, a dépensé durant la même période 8.053.043,21 EUR, soit plus que 90% de la subvention octroyée.

Et ce sont près de 4.232.418,38 EUR (soit 8 fois budget total du MENL) d’argent public européen qui ont été dépensés par ce parti européen pour de très opaques « frais de personnel ».

Pour le PSE, parti politique au niveau européen du Parti socialiste français, la dépense s’élève à 5.828.178,60 EUR de subvention sur un montant maximum de 6.541.317,00 EUR (soit 89% de la somme accordée par le Parlement), dont 3.097.395,82 EUR (soit 53%) pour le personnel.

La clôture de l’année budgétaire 2016 étant toujours en cours, il apparaît clairement que l’« information » relayée par les journaux susmentionnés est erronée. Il est parfaitement faux que le MENL ait empoché 3,1 millions d’euros. Nous suggérons en revanche à ces grands professionnels du journalisme de s’interroger sur les sommes astronomiques dépensées par les grands partis en toute opacité et au frais du contribuable européen.

Nous avons opposé un droit de réponse à ces articles contenant de nombreuses informations inexactes.